ChangeClim – avant la COP 21

Une vidéo de la chaine http://www.universcience-vod.fr qui expose très bien le phénomène en quelques minutes – déjà reprise par Le Monde :

10a/21 Valérie Masson-Delmotte et le réchauffement

10a/21 Valérie Masson-Delmotte et le réchauffement

Pour la climatologueValérie Masson-Delmotte , directrice de recherche (CEA) au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement, le réchauffement des trente dernières années est inédit au regard des 1500 ans écoulés, notamment par son caractère global et ses premiers impacts.

Une interview de la série Le dérèglement climatique vu par…

Pour en savoir plus, ne pas manquer Climat, l’expo à 360° présentée prochainement à la Cité des sciences et de l’industrie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Ce qui me paraît important à saisir sur le plan systémique : le plus gros de l’énergie d’échauffement (93 %) est stocké dans les océans, « réservoir » d’énergie de long terme. En revanche, l’atmosphère est sujette à des variations plus localisées et fluctuant sur des périodes de 20 ans, 10 ans et moins (jusqu’au cycle annuel), ce que l’on nomme les « oscillations atmosphériques ». La plus connue de ces oscillations est l’alternance el niño / la niña dans le pacifique (périodes entre 3 et 7 ans), l’Europe et l’Amérique du Nord sont directement concernées par l’oscillation arctique et l’oscillation nord atlantique.

Ce sont ces phénomènes atmosphériques que nous percevons via le temps qu’il fait et les phénomènes extrêmes, les tempêtes et les sécheresses. Or ce sont les plus difficiles à modéliser ; ils nécessitent une représentation détaillée du volume de l’atmosphère, en liaison avec les océans et les continents, qui induit des gros systèmes d’équations très couplées, et par nature (mathématique) chaotique.

La tendance lourde est en revanche aujourd’hui bien connue, la modélisation, très globale, donne de bons résultats (testée sur le passé), et, depuis les pionniers des années 1960, la représentation des divers phénomènes (particules atmosphériques, calottes glaciaires, etc.) a été grandement affinée. Les résultats sont principalement conditionnés par l’hypothèse d’entrée : à quel rythme réduirons-nous les émissions de GES ? Mais le réchauffement global est une certitude !


Pour aller plus loin, visiter le site GoCop : logoGoCop

… et lire le Dossier Pour la Science n° 89 – Climat – Relever le défi du réchauffement – Quelques articles sont en téléchargement libre, l’avant-propos introductif rédigé par Valérie Masson-Delmotte (ce n’est pas l’article le plus intéressant, mais il donne une vision d’ensemble), et : Climatosceptiques : quels arguments leur opposer. Il me semble dommage que les questions relatives à la machine climatique et à sa modélisation n’y soient reprises explicitement. Il faut remonter au Dossier Pour la Science n° 54 – Climat – Comment éviter la surchauffe ? (janvier – mars 2007) pour trouver un excellent article : Certitudes et incertitudes des modèles – Pour la Science. (pdf complet en téléchargement pour les abonnés.)

Et quelques actualités récentes pertinentes :

Pour mémoire notre article-synthèse de juin 2015 : COP 21 – débats et forums début juin 2015.

Retour

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s